Le dinosaure à travers les âges

Le dinosaure à travers les âges, une introduction.

Vous le savez déjà mais le répéter ne fait de mal à personne ; tout est mieux avec des dinosaures. Cet axiome, bien connu des petits garçons, est sans doute une des grandes réalités de notre monde contemporain.

Quand Georges Cuvier, en 1808, décrit le mosasaure a-t-il l’intuition qu’il offre à la science le moyen d’être, enfin, un domaine où l’on pourra être cool ? Que les scientifiques ont enfin les moyens d’en mettre plein la vue en exposant de grosses (puis gigantesques) bestioles tout aussi impressionnantes que ridicules1 ?

J’aime à croire que oui. J’aime à croire que Cuvier à tout de suite comprit que les dinosaures allaient devenir tout à la fois un domaine prolifique de la science, un moteur de la culture populaire et une source de vocations enfantines tout aussi pressante que pompier ou astronaute : dinosaurologue paléontologue.

Tout le monde sait à quoi ressemble un dinosaure. Pourtant personne n’en a jamais vu, pas même il y à très longtemps, l’homme et le dino ne se sont jamais croisés2, il ne nous reste que leurs traces et la science comble les trous avec plus ou moins de bonheur. Les découvertes successives obligeant à réévaluer constamment les reconstitutions le dino a un aspect fluctuant et toujours sujet à controverses, interprétations et évolutions.

Entre la science et le grand publique il y a la vulgarisation. Et c’est là que ça devient marrant. Parce que si le paléontologue prudent s’en tient à des hypothèses (?) le vulgarisateur, lui, vas très vite produire des images qui vont se répandre et parfois perdurer malgré leur inexactitude ou leur péremption.

Une planche extraite de Le monde avant la création de l’homme de Camille Flammarion, 1886. C’est loin d’être la plus drôle.

Enfin il y a la culture, enfin dans le cas du dinosaure, la culture populaire. Et c’est là qu’il prospère, qu’il se dégourdit les pattes. C’est là que se côtoient le ptérodactyle de Challenger, les monstres du centre de la terre, les pensionnaires turbulents du Jurassik Park et le lézard géant de Tokyo… Ce sont eux qui nous viennent spontanément à l’esprit, lointains échos déformés de monstres morts depuis des millions d’années.

Ce que je me propose de faire c’est, au cours des prochains mois, écrire sur ce blog une série d’article autour de l’image du dinosaure, de son évolution tout à la fois dans les domaines de la science, de la vulgarisation et de la culture… un programme alléchant dont je ne garantit pas la réalisation mais qui aura le mérite de me faire écrire sur cet éventuel sujet de mémoire.

Bien sûr j’attends vos réactions, vos suggestions et vos idées.

-o0o-

1) Le tyrannosaure est une des productions les plus grotesques de l’évolution, pourtant la longueur de ses dents impose encore à tous une certaine retenue à une distance de 65 millions d’années.
2) On en reparlera dans un hypothétique futur article…
Publicités

A propos Guy

https://lumiereverte.wordpress.com
Cet article a été publié dans Articles. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Le dinosaure à travers les âges

  1. Léa dit :

    Chouette chouette, des dinos !

  2. Solveig dit :

    Comment ça les humains et les dinosaures n’ont pas coexisté ? Tu ferais mieux de regarder les vidéos du Creation Evidence Museum (il y en a une, très, très, très comique, où le directeur croise des enfants devant une statue grandeur nature de dinosaure dans le musée et dit « vous voyez, ça c’est bien la preuve que nous avons déjà coexisté ! » ; je regrette de ne pas la retrouver).
    En tout cas, chouette sujet !

  3. Guy dit :

    Ah, oui le fameux musée !
    J’ai déjà lu quelques trucs dessus et l’utilisation que font nos amis créationnistes des dinosaures (qui n’en demandaient pas tant) est terriblement intéressante (drôle) ! Si je ne fessai pas au moins un petit texte là-dessus ce serait une grosse perte.
    Tu as un blog très sympa, soit dit en passant.

Les commentaires sont fermés.