Festival de la saucisse d’Angoulême 2016 : le bilan.

Pour la seconde année consécutive mon collectif Fourbi Éditions avait une table au Festival International de la BayDay d’Angoulême. Je prends la peine de faire un bilan au vue de l’actu mouvementée et de l’importance de l’évènement pour un petit collectif comme le mien.

Déjà un mot sur les navrantes gaffes de l’organisation : Angoulême devrait être un soulagement, un havre dans un année pour les auteurs et les éditeurs, une tribune pour leurs revendications, pas une triste farce balancée à la gueule des auteures (la sélection du grand prix) PUIS des auteurs et des éditeurs (la cérémonie des faux prix). La profession a déjà bien assez sur le dos le reste du temps pour ne pas avoir à subir ce genre de mépris et de gaffes dont le festival a fait une habitude.

Un mot aussi sur les expos : comme chaque année le pire côtoie le meilleur et le médiocre. On en dira autant des conférences (super souvenir de l’entretien avec Don Rosa et la rencontre Micol/Chavouet). On cherchera en vain un original d’Otomo ou une réédition décente de son boulot.

Coté organisation, cette année encore la tradition l’emporte sur le bon sens et fin janvier on se tape le vent et la pluie glacée quand on va pisser dans des chiottes de chantier. Pas de bouteilles d’eau derrière les stands, moins de badges gratuits pour les collectifs (mais toujours autant de chaises). Bref on se fout gentiment de ta gueule de micro éditeur fauché.

Mais voilà, j’ai beau râler c’était super. Parce que le public est là, qu’il est curieux, parce que j’ai découvert des super collectifs et des beaux livres, que j’ai discuté avec des éditeurs et des auteurs super sympas et que j’étais logé chez la meilleure personne possible. Et j’étais presque pas malade. Et puis il y a le FOFF pour se consoler.

 Bilan Angoulême annotéLa bonne came : ce que m’a permis ma bourse cette année.

1) Pouvoirpoint, Vide Cocagne, dédicacé par le merveilleux Erwann Surcouf (encore merci).

2) Burp n°12 : fanzine bien punk, bien épais et bien photocopié comme on les aime de Mattt Konture.

3) U-713, Cornélius, j’ai craqué pour ce bouquin de Gus Bofa et Pierre Mac Orlan sauvé du bac à soldes, du coup j’ai eu en cadeau deux autres petits bouquins (voir 6).

4) Oracle Cosmique, Tetra, un tarot en gravure au Tetrapak, j’ai eu la chance de participer à ce projet collectif complètement fou.

5)  Ne vous laissez pas attendrir par le vampire, Les machines, une BD toute simple mais très belle de Fanny Albert.

6) Fallen Angel de Nicolas Robel et Mon Poisson rouge de JL Capron : deux beaux cadeaux de tonton Cornélius !

7) Papier ciseaux 2, je ne pouvais pas laisser passer ces rééditions du travail de Lev Youdine, merci à Gérald Auclin pour son super boulot.

8) Tuff Ladies édité par Centrala de Till Lukat : un thème très raccord avec les cafouillage de cette année.

9) Dr. Cataclysm N°1 par Mortis Ghost : une BD à suivre qui donne envie.

Et bien sûr merci à tout ceux qui sont passés par le stand de Fourbi Éditions !

Publicités

A propos Guy

https://lumiereverte.wordpress.com
Cet article, publié dans Auto-édition, Bande dessinée, Dessin, Fourbi Éditions, Pendant ce temps là dans le monde réel, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.