Tutoriel : le ton direct

Ce tutoriel cherche à mettre à disposition mes connaissances sur l’utilisation de la technique du ton direct, ces méthodes ne sont ni fiables à 100% ni définitives.

Le ton direct, queskecé ? Le ton direct est une méthode d’impression qui au lieu d’utiliser les couleurs Cyan, Magenta, Jaune et Noir, ou en plus d’elles, utilise des teintes que vous avez choisies (dans une gamme pantone par exemple) pour les imprimer directement.

Ces « tons » (et leurs superpositions) permettent d’utiliser des teintes impossible à obtenir dans un système CMJN.

Le ton direct sur wikipédia.

La plupart de ces techniques sont aussi très utiles pour simuler la sérigraphie et préparer des typons.

I) Choisir ses couleurs

Bien choisir ses couleurs est la première étape pour réussir ses impression en ton direct. Pour cela il faut un pantonier… Cet outil est très cher, si vous êtes déjà en contact avec votre imprimeur il pourra vous laisser utiliser le sien.

Si votre document est imprimé sur papier couché utilisez la gamme Pantone solid coated (marqué « C »).

Si votre document est imprimé sur papier non couché utilisez la gamme Pantone solid uncoated marqué « U »).

Quand vous choisissez vos couleurs faites attention à la lumière ambiante (les néons par exemple) qui peut altérer leur aspect.

II) Utiliser photoshop

Si comme moi vous utilisez photoshop pour créer ou finaliser vos images, bonne nouvelle, le logiciel simule les tons directs, mauvaise nouvelle, c’est compliqué et la superposition des couleurs pas très fiable.

a) Créer un document en multicouche

Créez un document CMJN au bon format, si vos images sont en nuances de gris vous pouvez vous contenter de 350 dpi, s’ils sont en bitmap 1200 dpi. Dans Image/Mode choisissez « Multicouche ».

Pour appliquer vos couleurs pantones, au lieu de travailler en calque passez dans l’option « couches », dans la même boite de dialogue.

Supprimez toutes les couches, sauf une. Double-cliquez sur cette couche, double cliquez sur la couleur, allez dans « bibliothèque des couleurs » sélectionnez votre gamme de pantone puis votre couleur.

Et là… rien. Votre image reste noir et blanche, car pour simuler ses couleurs le multicouche doit comporter plusieurs couches/couleurs. Créez donc une autre couche, avec une autre couleur, un autre pantone. Cochez l’option « ton direct ».

b) travailler un multicouche

Dans chaque couche vous pouvez alors travailler vos couleurs, en niveau de gris ! Un noir 100% corresponds à votre couleur en à plat, un noir à 50% correspond à votre couleur tramée à 50% de sa valeur. Contrairement au ton direct où vous pouvez travailler en gris (qui sera tramé lors de l’imposition) dans le cas des typons de sérigraphie vous devez travailler uniquement en noir ou faire vous même vos trames.

échantillon rouge et bleuLa superposition de deux pantones dans photoshop, Process Blue U (uncoated) et Warm Red U, elle est composé des deux images suivantes :  échantillon bleuici le Process Blue U…

échantillon rouge…et là le Warm Red U.

La manipulation des couches est délicate, car très différente des calques, certains outils y sont inutilisables et le texte y est immédiatement pixelisé. Sachez que la couche en surbrillance est celle où vous travaillez, si plusieurs couches sont sélectionnées vous travaillez dans toutes ces couches en même temps.

La question de l’opacité : dès votre seconde couleur psd vous demande de choisir son « uniformité ». C’est à dire une transparence. Que choisir ? 100% correspond à des couleurs métallisées très opaques. Mais un pantone ? Et bien en pratique, pour simuler au plus près les superpositions, un réglage à 10%, voir 0% est plus adapté.

c) transformer un multicouche en RVB ou CMJN

Il n’est pas possible d’enregistrer un fichier multicouche en jpeg, il est donc difficile d’en avoir un aperçu ou de l’imprimer avec une imprimante laser.

Pour transformer votre fichier multicouche en un fichier RVB il vous faut créer 3 nouvelle couches vierges au-dessus des autres (peu importe leur attribution de couleur). Puis allez dans Image/mode/RVB. Enfin sélectionnez toutes vos couches et dans la fenêtre des couches cliquez sur l’icône en haut à droite et sélectionnez « fusionnez les couches de ton direct ».

Pour obtenir une image en CMJN la procédure est la même avec 4 couches vierges.

d) ordre des couches

La couche la plus haute dans la liste est la couche qui sera imprimée la dernière.

III) Utiliser Indesign

Pour avoir un aperçu plus fiable de vos superposition de couleurs Indesign est bien plus fiable, voici donc une marche à suivre pour y importer votre document et y simuler ses tons directs :

1) Ouvrir son fichier multicouche avec Photoshop

2) Afficher toute les couches, supprimer les couches non utilisées.

3) Enregistrer le fichier en choisissant l’option DCS 2.0, cocher la case « ton direct ». Vous obtenez un fichier en .eps

4) Ouvrir un document au même format dans indesign

5) Importer le .eps

6) Pour visualiser les couches aller dans fenêtre / sortie /aperçu des séparations

7) Dans le boite de dialogue utiliser l’ascenseur pour sélectionner « Séparations »

8) Dans la même boite de dialogue décocher la case CMJN puis dans le nuancier sélectionnez les couleurs inutilisées et supprimez-les s’il y en a.

9) Et voilà maintenant c’est beau !

capture IndesignToujours la même image, dans Indesign. Les couleurs sont bien plus proche du tirage final.

tirage gammeUn scan du tirage en question.

Vous pouvez alors exporter un PDF que votre imprimeur pourra imposer et imprimer.

Attention tout de même ; évitez de renommer les couches de ton direct dans photoshop, en effet Indesign fera autant de couches de tons qu’il y a de noms différents, ainsi si vous réunissez plusieurs documents dont les couleurs sont les mêmes (le bleu par exemple) mais nommées différemment (« Process Blue » sur un document et « Bleu » sur un autre) les couleurs ne seront pas réunies.

Autre technique, vous pouvez importer des .TIFF niveau de gris (ou en bitmap en fonction de vos besoins) et leur attribuer une couleur avec la flèche blanche.

IV) La planche de test

Les techniques ci-dessus ne permettent que des simulations des couleurs et des superpositions, votre écran peut être mal calibré, les logiciels sont peu fiables (il suffit de voir le même document dans PSD et dans Indesign) ou tout simplement le fait qu’un écran ne peut rendre l’aspect d’un papier mat.

Pour palier à ces inconvénients le seul moyen de trancher est de faire une planche de test, si votre imprimeur vous le permet.

Une planche de test regroupe toutes vos couleurs, toutes leurs superpositions mais aussi des textures, des dégradés, des extraits de votre document définitif, etc. Une fois imprimée il suffit alors de s’y rapporter pour donner les bonnes valeurs à vos superpositions.

Planche de testLe fichier PSD de la planche de test faite pour un projet de Fourbi Éditions, avec les superposition des couleurs en haut, des extraits du projet en dessous.

Tirage completLa même, imprimée sur les presses du Lycée Gutenberg. La grande différence de couleur s’explique en partie par un mauvais réglage de l’uniformité des couches du PSD (voir 2.b).

Vous pouvez aussi recourir à un nuancier déjà imprimé pour y retrouver vos couleurs, là encore, l’imprimeur en possède sans doute une gamme.

Voilà, bon courage !

Pour plus de documentation : La chaine graphique, deuxième édition, aborde les tons directs dans sont chapitre 6.9 La couleur, p. 215.

-o0o-

Merci à Bettina, Olivier et Justin pour leur aide.
Première version : février 2015
Publicités

2 commentaires pour Tutoriel : le ton direct

  1. benquene dit :

    Super clair mec !!! A utiliser avec des élèves !! Bravo !

  2. Guy dit :

    Merci Ben ! Fait attention quand même, j’en connais qui sont devenus fou en essayant…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s